Black&white

hgfhhhhhhhhhhhh
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Enfants des dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 83990
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Enfants des dieux   Mar 30 Aoû - 2:02



P**AIN DE MOMIE !!
Je vais me la faire, oh putain je vais me la faire !

Feat. Que des gens inutiles et sans intérêts. (Apolline, Anatole, Eloise, Diane, Robyn, Ellie & Arès)

.




Si Kyle était là, il serait sans doute mort de rire devant cette scène. Sérieusement. Vous connaissez beaucoup de créature redoutée par des milliers d’espèce dans son monde, qui se fait lamentablement écrasée par un fichu pitbull bodybuildé ? A part moi je veux dire ? Non, j’en connais pas. Et le pire dans tout ça, c’est que j’avais pressenti que le gorille que Dyson combattait allait me tomber dessus, mais je n'ai pas eu le temps de l'éviter. Pas complètement en tout cas. La blague..

C’est bon, ça va. Je tends ma main vers Dyson en signe de paix, pour qu’il m’aide à me relever avant de reprendre, mais la prochaine fois, faite gaffe à ce que vous faites. Vous savez, je suis bien plus utile quand mes mouvements ne sont pas entravés par quelque chose.

Ou par quelqu’un.

Finalement, botter le cul des quelques gorilles qui constituaient notre cadeau de bienvenue n’avait pas été si difficile à mon grand regret. Moi qui avait besoin de me défouler un peu, j’étais tombée sur une pleurnicheuse de première alors que les autres, avaient l’air d’être tombé sur de vrai connard, comme cette fille, la dénommée Lily.
Lorsque j’ai vu son adversaire lui cogner violemment la tête contre le mur, la première chose que j’ai faite a été de pousser le gros tas sur le côté pour la rejoindre. Seulement, avant que je n’aie eu le temps de me libérer, quelque chose d’étrange c’est produit.
J’ignore ce qui l’a déclenché. Bien que je soupçonne la dénommée Lily (ou tout du moins, ce qu’il lui était arrivé) d’en être responsable.
Tout ce que je sais c’est qu’à un moment donné, j’ai eu comme des flashs d’un passé dont je ne me souviens absolument pas.
Maintenant que ceux-ci sont terminés, je suis bien incapable de me souvenir de ce qu’ils contenaient, comme si quelque chose brouillait mon esprit. Tout ce que je peux dire, c’est qu’ils me semblaient familier et en même temps… inconnu.
Comme si quelqu’un avait effacé ma mémoire, mais que là, quelque part, il en restait une trace infime qui ne pouvait disparaître.
Et le pire dans tout ça, c’est que ce n’était pas la première fois que ce genre de chose m’arrivait. De ça, j’en avais la certitude…

Bien ! Maintenant que nous en avons fini avec le menu fretin, il ne nous reste plus qu’a… Je ne termine pas ma phrase. Au lieu de ça, mon regard se porte automatiquement vers un couloir vide qui après quelques instants, laisse apparaître celle que j’imagine être le Dr. Rozz.

« Idiots... Je m'en chargerai moi-même alors »

Étrangement, ils avaient tous la même manie. A savoir, celle de croire qu’ils pouvaient gagner alors que manifestement, non. Sans doute était-ce l’une des règles de base contenue dans le code des trouducs. Néanmoins, quelque chose me disait que si elle était si sûre d’elle, c’est qu’il y avait une bonne raison a cela. Qu’elle devait avoir un moyen de gagner, chose, qui n’était pas pour me rassurer.
Quoi que soit son « arme secrète », j’étais persuadée qu’on allait y avoir droit très vite.

Et je ne m'étais pas trompée.

***

Sans grande surprise, le docteur Pète-plus-haut-que-son-cul c’est faite bottée le sien par Mary-Margaret. Et comme apparemment l’échec n'était pas une option, elle c'est dit que nous faire sauter avec le bâtiment était l'idée du siècle.
Manque de pot pour nos oreilles, avant d'en arriver la, elle avait quand même eu le temps de nous faire son fameux monologue somnifère d’antagoniste et bien qu’une grande partie - les 3/4 je dirais - de son blabla soit dédié à sa haine envers ceux qu’elle qualifiait de héro (preuve qu’elle ne sait pas du tout de quoi elle parle, puisqu’elle m’inclus dedans) ou à son habilité à manipulé un con pour lui faire croire qu’il allait obtenir sa revanche sur Storybrooke en apprenant au monde l’existence de la magie, elle n’avait pas tord sur une chose.

Depuis que j’avais intégré le groupe pour aider Dyson à retrouver son fils, nous avions passé le plus clair de notre temps sur les routes sans trop savoir où le voyage nous mènerait à la fin. Ça fait un moment déjà, que j’ai l’impression que quelque chose m’échappe. Que tout ça n’est qu’une sorte de mascarade, qu’on nous manipule pour nous éloigner de notre véritable but. Comme si tout ce que l’on faisait, n’était que de suivre des diversions planifiées par leur soin. L’enlèvement de Park, celui du petit Lukas… et si tout ça faisait parti d'un plan bien plus vaste... plus complexe ?

Dans tous les cas, je n'avais pas le temps de réfléchir. Parce que les autres étaient prêt à retrouver Park et que de mon côté, je ne pouvais pas me permettre de prendre le temps de réfléchir à ce qui était sans doute sous mon nez, mais que j’avais visiblement loupé.
Aussi, je suivais le tee-shirt de ma colocataire avec le reste du groupe, dans un assortiment de petite rue avant d’atterrir devant un poste de police.

Dyson n’avait-il pas parlé de flic dans la combine quelques jours plus tôt ? On dirait bien que j’allais faire connaissance avec le reste du casting des connards rancunier. Et pour être rancunier, ils étaient rancunier ces enfoirés.

« Attention ! Je crois qu'il attaque la magie... ou n'importe quoi »

Merde.

Bien que mon type de magie soit différent de la leur, il y avait fort à parier que ce qui affectait l’ancienne méchante reine m’affecterait aussi. Et comme je n’étais pas particulièrement emballée à l’idée de me plier de douleur par terre, j’ai opté pour l’option la plus acceptable. M’occuper du méchant avant qu’il n’ait le temps de s’occuper de moi.

Et de nous deux, c’est moi qui aurais le dernier mot. Parole d’ombre.

Waouh je suis impressionnée, vraiment. Je fais quelques pas en direction de mon adversaire avant de reprendre en pleine réflexion. Cependant je suis curieuse… Est-ce que vous êtes capable de vous battre comme un homme ? Ou pour obtenir la victoire, vous avez besoin d’utiliser des petites combines à deux balles, dans le genre de celle utilisée contre Regina ? Parce qu’en temps que professionnelle, j’aurais tendance à dire que sans votre merde, vous ne valez pas grand chose. J’ai raison ?

Ce n’était pas une question. C’était plus… une affirmation en réalité. Mon but était de provoquer le con d’en face pour qu’il se jette sur moi et fasse une erreur. Et l’erreur, il l’a faite. Puisque sans réfléchir, il c’est jeté sur moi et n’a visiblement pas eu le temps de s’arrêter, lorsque Dyson à refermé la porte derrière moi.

Quel con ! Je lance en levant les yeux au ciel, tendis que j'avance dans le couloir. Les pions, tous les mêmes. Tout dans les muscles, rien dans la tête. A croire que faire de la gonflette leur a bousillé les neurones. En tout cas, on ne devrait pas être… loin. Tiens tiens…

J’esquisse un rictus moqueur avant de répliquer à l’attention de ma colocataire légèrement vêtue, un bébé dans les bras.

Tu te lances dans le baby-sitting maintenant ? Ton horloge interne te titille c’est ça ? J’imagine qu’avec ton grand âge, c'est normal mamie !

A voir sa tête, ce que je viens de dire ne lui a sans doute pas plu. Pas grave, elle s’en remettra...

Tiens, rhabille-toi mamie grognon (il y a fort à parier qu’elle me fasse regretter ce surnom un jour ), on a encore du boulot sur la planche. Au faite, le docteur trouduc te passe le bonjour. Malheureusement pour toi, tu ne pourras pas lui renvoyer la politesse puisqu’elle était pressée d’atteindre le 7ème ciel. J’imagine que les blockbuster de ce monde, avec leur explosion spectaculaire, on eu raison de sa santé mentale. Parce qu’il faut être complètement con, pour croire qu’une explosion pourrait nous arrêter.

Question : Était-ce vraiment le but recherché ? Nous faire exploser avec elle ? Où était-ce une diversion ? Parce qu’au final, nous étions partis avant de fouiller les lieux. Et si…

« Il faut arrêter ces Danvers, si ils fournissent de la drogue. Je sais qui peut nous faire ça pendant qu'on gère notre... situation »

Qui ça ??? Eh merde…

Vous savez, lorsque vous vous souvenez que vous n’êtes pas seul dans la pièce et que oh surprise ! Votre regard plonge directement là ou il ne devrait pas, c'est-à-dire, sur l’écran de téléphone d’une autre personne ?
Eh bien, ça m'est encore arrivé.
Du coup, mal à l’aise, j’ai très vite détourné le regard et levé les yeux au ciel, pour admirer le magnifique plafond sale, fissuré et troué qui s’offrait à ma vue.
Sauf que le mal était déjà fait. J’avais tout en tête.

MARY DANVERS TREINEN FARM URGENCE
MA VOITURE EST A PORTLAND SERVEZ VOUS DE L'ARGENT DANS MON BUREAU

Heureusement pour moi, personne ne semblait avoir remarqué quoi que ce soit. Aussi, je me suis contentée de me faire plus discrète, au point de disparaitre. Chose que j'ai d’ailleurs faite, pour surprendre l'autre lourdaud qui c'était pris une porte pour m'attraper. Le con...

A nous deux.

Hey !

J'ignore si tous les ombres sont comme moi, mais lorsque j'ai envie de disparaître, il me suffit de le vouloir pour réellement le faire. A ce moment-là, je deviens invisible aux sens et aux gadgets électronique (entre autre chose) tant que je ne décide pas de réapparaître. Cependant, ma capacité ne se limite pas seulement à ça. Je peux, entre autre chose, disparaître de la vue de ma proie mais lui faire sentir ma présence par exemple, pour qu'elle prenne peur et fasse quelque chose de stupide. Habituellement, se jeter dans la gueule du loup.

Mais pas cette fois. Pour le coup, je me contente de mettre mon poing dans le nez du gros costaud pas content, d'esquiver son attaque en me baissant avec souplesse, puis de lui donner un puissant coup de pied dans le genou pour le faire plier. Et lui briser la jambe par la même occasion. Et après ça...

Bonne nuit Ducon. Dis-je avant de lui coller un violent coup de poing au visage. La prochaine fois, t'auras droit à un traitement spécial. Un pain reçu, l'autre offert. Et ceux, jusqu'à ce que je décide, que ta tronche est assez refaite pour que j'arrête. Alors content ?

Bien sur, il ne m'a pas répondu. Petit joueur va !

SUIVANT ! Je crie en sentant quelqu'un arriver dans notre direction.

« Clifford »

Ce qu'il y a de bien avec les méchants, c'est que même quand on croit qu'il n'y en a plus, y en a encore ! Et ce n'est pas pour me déplaire, loin de là...




.

[/size]
[/font][/color]
_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr


Dernière édition par Katherina Valeriùs le Jeu 20 Juil - 22:09, édité 161 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 83990
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: Enfants des dieux   Mar 30 Aoû - 11:14



YOU HATE ME UH ?
That sounds like a beginning of a love story Mina, not the end of one.

Feat. Que des gens inutile et sans intérêt. (Apolline, Anatole, Eloise, Diane, Robyn, Ellie & Arès)

.


Reprenant connaissance, j’ouvrai lentement les yeux. La tête posée sur le sable brûlant, je la décollai en esquissant une grimace de dégoût, du sable plein la bouche.  

Espèce d’idiote, pestai-je courroucée, crachant à plusieurs reprise pour me débarrasser du sable dans ma bouche. Qu’est-ce qui ce passe, qu’est-ce que tu as fait ?

M’essuyant la bouche d’un revers de la main, je levai le regard vers les compagnons de cette petite idiote et me relevai lentement lance en main, les observant à tour de rôle avec attention. Même si notre lien avait été coupé dans ce misérable hôtel, j’avais eu le temps de me faire une idée sur la plupart des personnes présente dans ce… désert, avec moi. Et autant dire, qu’aucune ne méritait mon attention.
Contrairement à Mina, je n’attachais aucune importance à la vie des autres. Seul ma liberté avait de l’importance. Où devrais-je dire, seul notre liberté et notre survie avait de l’importance. Car après tout, nous étions liées elle et moi, nous ne faisions qu’un. Même si son entêtement à vouloir jouer les héroïnes commençait sérieusement à me taper sur le système. Car au final, c’était moi qui rattrapais ses conneries et qui passait pour la méchante. Alors que jusque-là, j’étais la seule à avoir été là pour elle, même si ça ne m’enchantait pas plus que ça.

Tu ne paies rien pour attendre Mina.

Je sais qui vous êtes, dis-je d’une voix neutre à l’attention des anciens passager du bus et du dieux de la guerre, et vous n’avez aucune importance. Mais vous… Je l’ignore encore. Est-ce à vous que je dois cette désagréable sensation d’être l’un de ses parasites à l’existence inutile que l’on appelle être humain ?

Mon regard s’était porté sur la brune et l’insecte à proximité du dieu et j’avais avancé d’un pas dans leur direction avant de m’arrêter face à la brune.

Non… certainement pas. Terminai-je en plantant mon regard dans le sien. Sinon, vous seriez déjà mort. A ce que j’en sais, les dieux on tendance à tuer tout ceux en travers de leur route, surtout ceux qu’ils aiment le plus.

En disant ça, j’esquissai un rictus amusé. Je me souvenais très bien des bons moments passés avec.. comment s’appelait-il déjà ? Ah oui, Dolos.
Sa détresse, ses remords, son dégoût de lui-même.. Tout cela avait été un tel délice, que si j’en avais eu la chance, j’en aurais profité encore un peu. Torturer une soi-disant divinité avait était d’autant plus jouissif, qu’il avait finalement abandonné la partie, remettant sa vie entre mes mains. Que de bon moment nous aurions pu passer… Moi le torturant encore et encore, et lui, suppliant pour que ça s’arrête, jusqu’à ce que je le brise complètement et qu’il ne soit plus qu’une coquille vide.
Mais elle… elle avait osé s’interposer ! Elle avait ramené à la vie ce chien pour m’arrêter et l’avait couvert, pour ne pas que je puisse ressentir sa présence ! Et ce misérable insecte n’avait pas hésité une seconde à me poignarder en plein cœur ! Quelle traîtresse ! Moi qui suit aussi une part d’elle, elle avait osé préférer Mina à moi ? Alors que sans moi, cette insupportable bécasse serait morte depuis longtemps !

Malgré la colère qui m’envahissait, mon visage était resté de marbre, ne trahissant aucune émotion. Je n’étais pas si facile à déchiffrer contrairement à Mina, qui voulait faire croire qu’elle était aussi indéchiffrable que moi, mais qui réagissait à la moindre émotion. On pouvait lire en elle, comme dans un livre ouvert.

Mon regard s’était promené un peu partout atour de moi. Du sable, du sable, encore du sable… Aaaaarrh ! Comment des personnes saines d’esprit pouvaient-elles vivre ici ? Et cette chose là, immonde… Qu’est-ce que c’était ? Une statue ? N’y avait-il donc aucun artiste assez « potable » pour lui faire un visage ? Étaient-ils tous demeurés dans le coin ?

Ényo S. Tenebrae (Darkness) : 65%


.


_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
 

Enfants des dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black&white :: Votre 1ère catégorie :: Les forums :: Les postes a faires-