Black&white

hgfhhhhhhhhhhhh
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Magic league

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 80790
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Magic league   Lun 7 Aoû - 5:14



SUPER ! J'AI GAGNER DES VACANCES EN RUSSIE !!
Dite, vous croyez qu'ils ont de la crème glacée là-bas ???

Feat. des vacanciers comme moi (Spider-Didi, Wonder-Jez, Anya-Watch, Black-Raven et Gambit- Ali).

.




Depuis que nous étions revenus de notre petit road trip pour sauver le fils de son ami Dyson, Park n’était plus la même. Elle était plus distante, isolée, triste. Ce que j’étais largement en mesure de comprendre, puisqu’elle venait de perdre une amie à laquelle elle tenait beaucoup. Et pour ne rien arranger à son chagrin, l’amie en question était morte pour lui sauver la vie.
Et même si pour la pirate ce sacrifice n’en était pas un, Park elle vivait les choses différemment. Tout ce qu’elle retenait de cette histoire, était que son amie avait perdu la vie pour elle, et que tout était de sa faute.
Ce qui était faux puisqu’elle n’avait pas appuyé sur la détente. Que ce soit de près où de loin, la jeune femme n’était pas responsable du décès de son amie. Mais c’était quelque chose, qu’elle semblait incapable d’accepter. Et malheureusement pour elle, je n’étais pas le soutien qu’elle était en droit d’espérer, parce que je n’avais aucune idée de quoi faire pour la soulager ne serais ce qu’un petit peu, l’aider à se sentir mieux.
Je n’ai jamais était très démonstrative. Et encore moins doué niveau contact humain. Et bien que mes paroles se veuillent réconfortantes, je savais que ce n’était pas mes paroles qu’elle avait besoin d’entendre, mais celle de quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un d’autre, était bien trop brisé pour être le soutien dont la jeune femme avait cruellement besoin.

En définitive, j’étais coincée. Et voir Park dans cet état me rendait furieuse contre moi-même parce que je me sentais inutile et incapable de l’aider. Et ça, je ne pouvais tout simplement pas l’accepter. Même si en définitive, elle n’était pas la seule à avoir besoin d’aide dans cette maison.

Assise en tailleur sur mon lit, le regard perdu dans le vide, j’attends que l’aube se lève. Cette nuit, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil malgré la fatigue que je ressens. Quelque part, ça m’arrange. Car je ne supporte plus de faire des cauchemars toutes les nuits et de me réveiller en sueur, seule. Non pas que je veuille réveiller toute la baraque, au contraire, j’aime que ma chambre soit isolée. C’est quelque chose que je n’ai pas envie de partager, ni avec Park, ni avec Ali, notre nouveau colocataire. Seulement, je me rends compte que plus le temps passe, plus Kyle me manque. Mikey aussi. Eux savaient comment me rassurer la nuit, lorsque j’étais coincée dans un cauchemar. Ils avaient chacun leur méthode, mais je me sentais en sécurité auprès d’eux. L’espace d’un instant, j’étais bien. Presque en paix. Et ça me manquait un peu plus chaque jour.

« Arrête ton char. Tu es seule responsable de ton mal-être Mina. C’est toi qui te torture avec le passé, qui retourne encore et encore les pires moments dans ta tête en te disant que si tu avais fait tel ou tel chose pour sauver tel ou tel con, tout aurait alors été différent. D’ailleurs tant qu’on y est, arrête avec le lien obscur. Tu n’aurais pas pu vivre avec de toute façon. »

Elle avait raison. Et ça ne m’enchantait guère. Bien qu’elle soit probablement la personne que je détestais le plus en dehors de Carter, elle avait visé juste. Preuve, qu’elle me connaissait très bien. Trop bien même.
Mais moi, je n’étais pas comme elle. Je n’étais pas capable de faire taire ma conscience, de déshumaniser les êtres vivants, de ne faire attention qu’à ma petite personne voir même, de prendre du plaisir à voir souffrir les autres, comme de détruire des vies. Non, moi j’avais besoin d’aider, de sauver. Je n’arrivais pas à accepter l’échec, parce que je n’y avais pas droit. Tout comme, je ne pouvais pas accepter que des gens meurs, qu’ils soient bon ou mauvais, parce que mon attachement à la vie était tel, que je préférais trouver une solution alternative, plutôt que de mettre un terme à l’existence de quelqu’un. Et voir une personne mourir, qu’elle soit proche de moi ou non, m’était insupportable. Presque autant que la malédiction qui était liée à mon espèce.

Tout ça pour dire, que je savais pertinemment que le lien n’était pas une option acceptable. Parce que ça n’aurait pas ramené l’amie de Park d’entre les morts, ça aurait juste lié son esprit à moi et en me basant sur l’expérience personnelle d’autres membres de mon espèce, j’aurais soit fini avec le cerveau complètement grillé, soit j’aurais complètement perdu le sens des réalités et je me serais prit pour la jeune femme, soit je serais morte. Dans tous les cas, ça se serait très mal terminé.
Mais même en sachant cela, je ne pouvais m’empêcher de penser que peut-être, j’aurais pu trouver un moyen d’arranger ça. Que peut-être, j’y aurais miraculeusement survécu et qu’on aurait pu cohabiter ensemble. Après tout, je n’étais déjà pas seule dans ma tête hein ? Alors une personne de plus ou de moins, ça n’aurait pas changé grand-chose non ?

« Tu es pathétique. »

A ces mots, je tourne la tête vers elle et lui adresse un regard noir. Comme si entendre sa voix dans ma tête n’était pas suffisant, voilà qu’elle décide d’apparaître au bout de mon lit pour m’emmerder. Et je n’étais franchement pas d’humeur à me prendre la tête avec elle.

C’est ça. Tel que tu me vois, là, j’en ai vraiment quelque chose à foutre de ton avis. Vraiment. Ça me chamboule même, tu ne peux pas imaginer comment. Donc, pour me remettre de cette dure épreuve, je vais continuer à faire ce que je veux et toi, tu vas gentiment me foutre la paix.

« Petite idiote ! Tu crois vraiment que.. »

Alors tu préfères quoi ? Niveau torture je veux dire. Une comptine pour enfant ? Une de ses musiques énervantes qu’on entend partout et qui reste dans la tête jusqu'à te rendre fou ? Un mix des deux ? Où alors, tu préfères que je garde la surprise ?

« Tu ne le feras pas. Tu n’es pas assez patiente pour supporter quelque chose qui t’énerve autant que moi. Tu craquerais bien avant que je le fasse Mina. »

Tu veux parier ? Je lui réponds sur un ton de défi. Parce que crois moi, si c’est pour te pourrir la vie autant que tu me pourri la mienne, je pense être capable de faire une petite exception de temps en temps. Alors, qu’est-ce que tu choisis ?

Et à mon grand étonnement, l’autre prit d’elle-même la décision de disparaître. Hors d’elle par contre, car elle avait horreur que je lui tienne tête. Mais je n’étais franchement pas d’humeur à prendre des gants avec elle. Qui plus est, j’avais envie qu’on me foute la paix. Si seulement Kyle était là… j’aurais pu me changer les idées en jetant un sort à sa mousse à raser pour qu’il se retrouve avec une barbe qui lui arriverait aux pieds mais là, j’étais coincée. A moins que…

***


Et là, j’ai fais cramer ma chambre parce qu’elle m’ennuyait. Non mais franchement, pour qui elle se prend celle-là ? Sous prétexte que j'entends des voix dans ma tête, faudrait en plus que je me tape son bablabla super chiant ? Et puis quoi encore ?!

Depuis que mon pouvoir avait accidentellement foutu la merde dans mes petites expériences visant à trouver de nouvelles idées pour emmerder Kyle, les choses avaient considérablement changé pour moi.
Pour commencer, je m’étais enfin rendu compte que les livres, c’était beaucoup plus sympa de les faire cramer que de les lires. Parce que ça prenait beaucoup moins de temps et aussi, parce que ça faisait de la place et que j’adorais mettre le feu à des trucs.
Ensuite, je me suis rendu compte, que j’adorais refaire la déco des magasins pendant mes séances de shopping. En plus, on avait même des types à tabasser en cadeau. Ils pensaient vraiment à tout !! Même si ceux-ci, étaient de véritable barbare qui ne comprenait strictement rien à l’art.
Enfin, je n’étais plus torturée par quoi que ce soit. C’était génial ! Je faisais tout ce que j’avais envie quand j’en avais envie sans jamais culpabiliser. Le rêve…

Oh ça va, fait pas cette tête Bibi. Je lève les yeux au ciel avant de reprendre peu après. C’est pas comme si j’avais l’intention de faire exploser ta baraque !

« Robert. Mon nom c’est Robert et hier soir, t’as foutu le feu à ma boite aux lettres juste avant de m’adresser un sourire et de crier "salut !" comme si de rien n’était. »

Oooh t’es encore avec ça ? Je lui demande la mine boudeuse. Mais arrête, c’était super festif en plus !!! C’était comme une allée de torche, mais avec des boites aux lettres en feu à la place ! Pfff. Tu comprends vraiment rien..

Il y avait des gens qui n’étaient jamais content de rien. Ils comprenaient rien non plus d’ailleurs, parce qu’ils étaient sans doute un peu con aussi. En plus, de quoi il se plaignait hein ? J’avais été super poli avec lui d’abord ! Je l’avais même salué avec beaucoup d’enthousiasme ! Et après je m’étais présentée et j’avais même dormi chez lui ! Franchement, il était beaucoup trop exigeant. Surtout que je lui avais rendu un sacré service ! Grâce à moi, il n’aurait pas de facture à payer aujourd’hui, parce que j’avais libéré les chiens du voisin tôt ce matin. Si ça c’était un geste désintéressé...

Tu sais quoi ? Je reprends sérieuse, en fouillant dans les placards de sa cuisine sans gêne pour trouver quelque chose a manger, un de ses tee-shirt sur le dos. Tu te prends beaucoup trop la tête Penny. Hé ! J'ai une idée ! Ça te dirait qu’on aille faire un tour tous les deux plus tard ? Histoire de… Eh !! Mais attends, qu’est-ce que tu…

A peine je me retourne vers la table après avoir trouvé quelque chose de vaguement comestible, que je le vois entrain de taper un truc sur son téléphone. Il était quand même pas entrain d’écrire un texto à sa copine hein ? Parce que c’était vachement impoli ça ! Surtout que j’avais encore des choses à dire moi !
Vexée, je comble rapidement la distance qui nous sépare avant de lui arracher son téléphone portable des mains. De nos jours, les gens n’avaient plus aucun respect, vraiment.

C’est même pas vrai d’abord ! Je m’exclame outrée en lisant son message. Je suis pas folle, je suis originale d’accord ? En plus, tu parles même pas de moi correctement. Pourquoi tu dis pas que je suis canon hein ? C’est parce que tu me trouves moches, c’est ça ?

Je me penche au dessus de lui, les mains posées sur mes hanches, furieuse. Il n’était jamais bon de mettre une fille en colère, il devrait le savoir.

« C’est-à-dire que je.. euh… » Sous le poids de mon regard il se recroqueville sur lui-même et déglutie bruyamment avant de reprendre. « Si, si t’es euh… super canon je t’assure. C’est juste que j’ai une copine super jalouse et… »

Et alors ? T’as peur que ta copine regarde dans ton téléphone, c’est ça ? Je demande moqueuse avant de terminer. Tu sais quoi ? T’inquiète pas, je m’occupe de tout ! Alors attends.. (J’utilise l’appareil photo de son téléphone pour fait un selfie ou je tire la langue, avant de reprendre la rédaction du sms concentrée) voilà ! Comme ça, ils sauront même de quoi j’ai l’air ces petits poulets. Alors, t’es content ?

Il me regarde avec des grands yeux ronds, surpris. Bein quoi ? La photo rendait bien pourtant ! En plus, je m’étais jamais faite arrêtée par les poulets avant. Ça devait être vachement amusant de se faire tirer le portrait avant de passer la nuit en cellule à crier qu’on nous laisse sortir ! J’avais hâte d’y être !

Dis, tu bouges pas hein ? J’ai besoin de toi pour me prévenir quand ils seront là ! Je m’exclame surexcitée. En attendant, faut que je prenne une petite douche et que je me prépare. Tu comprends, je veux faire bonne impression, et être à mon avantage sur les photos.

Je sautille sur place quelques secondes avant de partir en courant en direction de la salle de bain, impatiente. Si j’étais assez rapide, je pouvais largement prendre une bouche et m’arranger un peu pour ressembler à quelque chose. Je me devais d’être impeccable. Après tout, ce dossier allait me suivre toute ma vie !!

Alors, ils sont arrivés ? Je demande bien plus tard en glissant sur le sol pour m’arrêter, parce que j’avais courut comme une dératée dans le couloir pour le rejoindre. Dit oui, dit oui !! Je commence excitée comme une puce tandis que je tape dans mes mains, avant de me rendre compte, qu’il n’y avait personne d’autre ici à part nous. Mais qu’est-ce qu’ils foutaient ces bouffeurs de donuts à la fin ? Ils savaient pas que j’avais d’autre chose à faire après ? J’étais une femme active après tout !

« Mon pote les a pas appelés. Il est persuadé que t’es une de mes copines et que je lui fais une blague. Notamment parce qu’a la fin du sms, t’as marqué xoxo. A ce propos, il te trouve canon et il veut ton numéro de téléphone. »

Ooooh.. Je fais la moue, déçue. C’était quoi son nom déjà ? Que j’aille lui dire à quel point il était idiot. Mais toi tu l’as fait hein ? Je reprends pleine d’espoir. Tu les as appelés dit ? Dit !!

Après tout, il n’arrêtait pas de se plaindre que j’avais mis le feu à sa boite aux lettres. C’était bien suffisant pour qu’il appelle les poulets non ?

« Eh bien je… »

Quoi ?! Je m’exclame stupéfaite. Tu les as pas appelés ? Mais c’est pas possible, faut tout faire soi-même ici !

Non mais vraiment ! A quoi ça servait de vandaliser des lieux privés et publiques ou même de demander un service à quelqu’un si au final, personne ne faisait rien ? C’était à vous décourager de faire des efforts pour trouver des idées amusantes dans cette fichu ville, vraiment.

Très bien ! Je récupère le téléphone dans la poche arrière de son pantalon ce qui le déstabilise un peu, avant de reprendre. Puisqu’on peut pas compter sur les autres pour faire le job, autant que je le fasse moi-même ! Au faite, on est où déjà ? J’ai pas fais gaffe à l’adresse hier soir.

« Attends, attends. Pourquoi tu veux a tout prix te faire arrêter ? T’es dingue ou quoi ? »

Je lève les yeux au ciel avant de reprendre à son attention, lassée.

Je suis pas dingue, je suis juste curieuse et pleine d’entrain. Qui plus est, ça à l’air méga fun de se faire tirer le portrait par des petits poulets ! Et puis, j’ai toujours rêvé d’être célèbre…

Enfaîte non. Parce qu’avant j’étais vraiment chiante. Mais plus maintenant.

Hé attends, c’est quoi cette histoire de super héro ?

« Hé ! »

Gêné, Billy se jette sur moi pour récupérer son téléphone. Manque de pot pour lui, je suis bien plus rapide et agile que j’en ai l’air, puisque je le contourne avec souplesse et court m’enfermer à clé dans la salle de bain, histoire de terminer ma lecture sans être dérangée.

Derrière la porte, Connie tape à la porte pour que je le laisse entrer, prétextant que c’est son téléphone, et que je n’ai pas à y toucher. Et alors, qu’est-ce que j’en avais à faire ?
Nullement gênée à l’idée de violer son petit jardin secret ( c’est mignon hein ?) je commence à lire le mail qu’il était vraisemblablement entrain d’écrire à un certain Trouvetou. C’est qui ça ? Et c’est quoi cette histoire de super-héro ?

Je commence à chercher des informations sur son téléphone. Je regarde les pages web qu’il a récemment consulté et le traite de vilain garçon, lorsque je me rends compte qu’une bonne partie des sites sont interdit au moins de 18 ans.
Ensuite, je m’attaque aux textos. Malheureusement pour moi, je n’ai pas à fouiller bien longtemps puisque très vite, je tombe dessus. Apparemment, son pote en plus d’être idiots, lui avait mis l’adresse du site de la ville en lui disant que le Maire recherchait des volontaires pour sauver le monde.

Pfff. On était vraiment obliger de sauver le monde pour participer à l’aventure ?

C’est bon Bonnie, j’ai trouvé ! Je lui annonce à haute voix pour être sure qu’il m’entende. J’ai pas eu le temps de fouiller ton téléphone à fond, mais je le ferais plus tard t'inquiète pas ! Bon, j'en étais où moi...

Et c’est comme ça que j’ai découvert l’annonce pour la magic league. Et que Dyson, le grand type super costaud qui m’avait balancé un gros naze dessus quand on était à la recherche de son fils, c’était finalement transformé en moustique. Qu’est-ce qui lui était arrivé au faite ? Pourquoi il était aussi jeune ? On l’avait remplacé par un modèle plus récent ou quoi ? Un genre de Dyson 2.0 mini ? Parce qu’il en imposait pas vraiment. Pas du tout même. Moi en tout cas, il me faisait bien rire le nouveau modèle.

***

Grrr. Mais qui a fait entrer un justicier masqué au commissariat ? Je demande en même temps qu’Harley Quinn quand un mec en costume bleu avec des bâtons électrique débarque pour m’empêcher de libérer Poison Ivy. C’était qui ça Batnight ? Un geek déguisé en justicier parce que sa vie était chiante à mourir ? Il allait voir..

Dégage de là Batring ! Je grogne énervée tandis qu’il tente avec un autre policier, de me maîtriser pou m’achever avec ses bâtons à la noix. C’est pas toi qui mène la danse ici, c’est moi. Et le combat sera terminé, seulement quand je t’aurais refait le portrait à grand coup de batte gros naze !

« Bon ! Eh bien je crois qu’on a trouvé ton costume. Mais il me faut toujours la liste de tes pouvoirs si tu en as, et aussi une explication de ton intérêt pour la mission autre que « Si j’veux participer à votre voyage en Russie, c’est parce que je me fais chier ici et que j’ai envie de détruire des lieux publiques et privés en dehors de Storybrooke ». Ils n’accepteront jamais ta candidature avec ça. »

Ooooh t’es sur ? Je demande avant de reprendre menaçante, dégage Batnaze ! Laisse les adultes parler entre eux, et retourne jouer dans ton bac à sable loser !

Heureusement pour lui, qu’il était juste un personnage dans un jeu vidéo. Parce que sinon, je lui aurais bien fait bouffé ses bâtons électriques moi.

T’as qu’a marquer que s’il veut des précisions, il à qu’a envoyé un mail à Dyson pour récupérer le numéro de téléphone de ma colocataire Park qui sait à peu près ce que je suis. Moi, je suis occupée là ! Attends… Ah non, c’est bon, j’ai fini. Ha Ha !

Je tire la langue lorsque le justicier masqué se faire attraper par Poison Ivy avant de tourner la tête vers Annie, tout sourire.

Alors, t’as fini ? Je demande impatiente à l’idée de lire la candidature qu’il a écrite pour moi.

« Tes pouvoirs et ta motivation. »

Ça veut dire non ? Je demande avec une moue triste.

« A ton avis ? »

Ooooh.. J’ai pas envie, ça va être chiant. Je pousse un soupire de lassitude avant de reprendre. Dit tu peux pas inventer un truc, n’importe quoi ? On s’en fou, Dyson sait même pas que j’ai des pouvoirs de toute façon. La dernière fois qu’on c’est vu, j’ai juste cassé la jambe d’un idiot et refait le portrait de deux/trois losers en travers de ma route…

« Pouvoirs et motivation »

Oooh… Il était dur en affaire. Et moi, j’étais bonne pour faire le listing complet de mes pouvoirs et ça allait être long… et super chiant.

Message envoyé à trouvetou@storybrooke.com par Mina et écrit par Brunie qui n'était pas très bien après ça.

Spoiler:
 

1ER SEPTEMBRE, 14H, AÉRODROME DE STORYBROOKE :

Depuis que je lui avais parlé de moi, Barbie n'avait pas l'air bien. Il me regardait étrangement, avait du mal à dormir et me demandait parfois, si quelqu'un était avec nous chez lui. Parce qu'il avait l'impression d'être observé. Moi, je répondais oui pour lui faire plaisir, mais la vérité, c'est qu'il était juste fou. Aussi, je lui ai jeté un sort pour qu'il oublie ce que je lui avais raconté sur moi et par la suite, tout est rentré dans l'ordre.

Puis quand l'heure est venue de partir, il m'a presque poussé dehors et m'a proposé de m'emmener à l'aérodrome, parce qu'il avait peur qu'on arrive en retard (et que sa copine débarque et lui fasse une scène).
Alors, comme j'étais très touchée qu'il ne veuille pas que je loupe mon départ en vacance, je l'air pris dans mes bras pour lui faire un gros câlin, avant de l'endormir et de lui prendre sa moto. Parce que la moto, c'était quand même plus classe que la voiture hein ? Et puis en plus, j'avais toujours rêvé d'en conduire une.

Que la fête commence ! Je dis à haute voix excitée, manquant presque de perdre mon chewing gum à la fraise une fois arrivée sur place. Alors, on commence par quoi ??




.

[/size]
[/font]
_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 80790
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: Magic league   Sam 12 Aoû - 21:10



CE PETIT POULET AIMAIT LA MUSIQUE.
Fidoooooo !!! Tu veux écouter de la musique avec moi ? Après, tu auras même droit à un gros BOOOM !!

Feat. des vacanciers comme moi (Spider-Dydy, Wonder-Jez, Anya-Watch, Black-Raven et Gambit- Ali).

.




« Gna gna gna gna gna gna gna gna gna gna gna armée gna gna gna gna gna gna gna gna gna gna arrêter. Gna gna gna gna gna malade gna gna gna gna gna gna gna Queen gna gna gna gna gna…. »

Tout ce blabla était long. Tellement long et en-nuy-eux, que mon cerveau n’avait pas jugé bon de faire la traduction, sans doute parce que l’information n’avait aucun rapport avec mes vacances. Donc, aucune importance pour moi.
Par contre, je ne comprenais pas. C’était quoi cette histoire de prétendant hein ? Ça voulait dire qu’il avait l’intention de me caser avec quelqu’un pendant mes vacances ? Pfffff. Et si j’avais pas envie d’abord ? Parce qu’avec leurs conneries, j’étais pas sure d’avoir le temps de vandaliser tous les lieux réceptifs à mon art qui se trouverait sur mon chemin moi ! Et ça, c’était inacceptable ! Après tout, j’étais une artiste dans l’âme ! Et il fallait que tout le monde le sache !

Décidant de refuser mon cadeau de départ en vacance, j’ouvre la bouche pour donner mon avis sur la question, lorsque mon nouveau colocataire Ali, débarque à son tour. Je fronce les sourcils, déçue. Quoi ? C’était lui mon prétendant ? Mais c’est n’importe quoi ! Ali c’était mon COLOCATAIRE, pas un PRÉTENDANT !! Puis il était où Barbie hein ? Ah oui, il bavait sur sa pelouse c’est vrai. Mais et le type à qui j’ai tapé dans l’œil alors ? Et celui à qui j’ai volé la moumoute, parce qu’elle ressemblait au pelage d’un caniche ? Attendez… c’était pas à une vieille dame que je l’avais piqué plutôt ? Et puis, c’était vraiment une moumoute ? Où alors c’était un caniche ? Ooooh et puis zut ! J’en avais rien à faire moi ! De toute façon, ça faisait un moment que je savais plus où je l’avais laissé ce truc. Alors si c’était vivant, ça avait clamsé depuis longtemps.

Dans tous les cas, la version mini du copain de Park, avait pas l’air de briller par son intelligence. Le pauvre, la vie allait devenir très dur pour lui à partir de maintenant.

« Votre carosse est avancé. Air Magic League a le plaisir de vous accueillir. Prochaine destination : la Russie. »

Joyeuse, je sautille en direction du jet tout en sifflotant une mélodie quelconque puis monte à l’intérieur, lorsque c’est mon tour. Pendant que tous les autres avances, je regarde sur les côtés les places libres tout en faisant des bulles avec mon chewing gum, lorsque j’arrive à hauteur de mini Dyson qui c’est placé à côté d’une jolie brune qui m’est totalement inconnue. Eh bein lui, on pouvait dire qu’il perdait pas de temps ! A peine monté dans le jet que bim ! Il tentait déjà un speed dating ! C’est vrai qu’a son âge, ça devait pas être facile tous les jours avec les filles ! Il fallait bien apprendre hein ? Ou réapprendre dans son cas. Parce que c’était un vieux dans le corps d’un jeune et qu’il devait pas avoir dragué depuis la préhistoire. Au moins. Je me devais donc, de lui montrer mon soutien. Comme Park l’aurait sans doute fait à ma place.

Bein alors moustique, on a les hormones qui travaillent ? (Je lui ébouriffe les cheveux et remarque que la fille en question l’ignore complètement, je reprends alors d’une voix comprehensive.) Ooooooh… T’inquiète pas Mini D, on ira t’acheter une glace une fois là-bas, d’accord ? Et une poupée aussi comme ça, tu te sentiras moins seul…

Et après avoir ébouriffé une seconde fois la tignasse de l’ancien costaud, je continue ma progression dans le jet jusqu’à ce que je trouve une place qui me convient. Aussitôt, je la réquisitionne et m’installe à mon aise, les deux pieds sur le siège à côté du mien. Puis, je retire mes bottes ainsi que mes chaussettes pour libérer leurs pauvres prisonniers en surchauffe. En tout cas, j’avais des pieds magnifiques ! Et des orteils divins. Il était donc de mon devoir de les montrer au monde entiers !!! En plus, je ne sentais jamais des pieds, c’était parfait. ..Ou presque. Ils avaient des masseurs professionnels à bord ?

Héééé ! Je crie à l’attention de mini Dyson, ma tête dépassant légèrement de mon siège principal pour qu’il me voie bien. Ils sont où les masseurs professionnel moustique ? Parce que mes pieds ont besoin d’être chouchouté, c’est pas tous les jours qu’on va faire la fête dans un autre pays !

Tout ça était très motivant. J’avais hâte d’être là-bas et de trouver l’endroit parfait pour exprimer mon art. En plus, j’allais voir du pays ! C’était l’occasion rêvée pour prendre quelques photos ! Une fois arrivée là-bas, je piquerais l’appareil d’un idiot de touriste, puis prendrait des photos compromettantes pour faire chanter les personnes concernées.
Mais avant ça, il fallait que mini-Dyson prouve qu’il n’était plus aussi si nul que ça, question planification de vacance. La dernière fois que j’étais partie en voyage avec lui, on n’avait même pas eu droit d’exprimer notre art ! Bon a ce moment-là, je n’étais pas drôle c’est vrai. Mais c’était surtout, parce que les sauvages qui nous faisait face, arrêtait pas de se faire sauter comme s’il voulait à tout prix finir en steak haché pour notre dîné ! Pourtant, on n’était pas des cannibales mer … héééé !!!! Mais non dégage !!!

Je fais la moue tandis que mon colocataire s’installe à la place que j’avais précédemment réservée. C’était quoi son problème à celui-là ? Il ne connaissait personne à part moi, alors il fallait qu’il foute en l’air mon massage des pieds ? Mais j’le voulais mon massage moi !!

« Tient, je me suis dis que tu aurais peut-être une envie de manger, pendant le voyage. Et c'est pour me faire pardonner de notre première rencontre, mon attitude étrange envers toi et toutes les bêtises que je ferais à ton égard. »

Hum… En pleine réflexion, je regarde la boite de gâteau avant de répondre. Non. Pas intéressée. Bouge pas !

Et sans en dire d’avantage, je pose mes pieds sur ses jambes, poussant la boite de gâteau contre lui. Qu’est-ce que j’en avais à faire de ses gâteaux moi hein ? Ce que je voulais, c’était un massage ! UN MASSAGE ! Pas prendre des kilos d’accord ? Pffff.

MINI DYSOOOON !!! Je crie alors de ma place, impatiente. MASSAGE !!

S’il n’y avait pas de masseur à bord, alors c’était qui s’occuperait de mes pieds. Ça lui apprendra à organiser un voyage sans prévoir l’essentiel. A savoir, de quoi M’AMUSER !!

Le nouveau Dyson en plus d’être idiot avait aussi les oreilles bouchées. C’est pour cette raison, que je pris la décision de lui déboucher les oreilles à coup de perceuse une fois là-bas, pour retirer toutes les saloperies qu’ils devaient avoir accumulée aux fils des siècles, lorsque la grande brune qui lui avait collé un vent monumentale plus tôt, arriva vers nous. Elle avait l’air d’avoir une idée en tête. J’adorais ça ! Avec un peu de chance, on pourrait détourner l’avion et faire la fête sur une petite île !! J’avais toujours rêvé de trouver un peuple sous évolué qui me considérait comme une divinité. J’espère qu’elle aussi !! Comme ça on pourrait sauter du jet en parachute et parier sur les chances de survie des autres.
En tout cas, j’avais hâte de voir ce qu’elle prévoyait comme divertissement !

« Oh je suis désolé, je suis en train de ruiner ton coup ? »

On s’en fout ! C’était vrai. Je me foutais royalement de ce qu’ils se disaient entre eux. Tout ce que je voulais, c’était faire un truc sympa et complètement insensé pour oublier le massage des pieds que je n’aurais pas. Mini Dyson n’avait aucune chance avec les femmes, AUCUNE. Aller vite, on y va !!!

J’ai à peine le temps de retirer mes pieds des jambes d’Ali et de me mettre debout, qu’elle me prend par le bras et m’emmène en un éclair devant la cabine du pilote. Sur le moment, je me sens un peu désorientée. Mais d’après elle, c’était tout à fait normal. Apparemment, c’était un genre d’effet secondaire du à son pouvoir, que seuls les autres pouvaient ressentir. A ses mots, j’ouvre de grands yeux ronds, admirative.

C’était génial !!! On pourra essayer après avoir prit une de mes sucettes spécial « bad trip » la prochaine fois ? Je demande à la brune pleine d’espoir.

« Alerte, pilote endormie, je répète, pilote endormie ! »

Hé Ducon ! Si je crève avant d’avoir eu le temps de trouver un peuple qui m’adule comme une déesse, et qui répond aux moindres de mes désirs les plus tordus et insensés comme un combat de bébé robot géant, j’te bute c’est clair ? Je crie à l’attention du pilote menaçante, tout en tapant à la porte comme une furie.

La brune me prend alors une nouvelle fois par la main et nous fait traverser la porte. Surexcitée, je m’approche des commandes puis m’installe sans gêne à la place du co-pilote, avant de tirer la langue à l’idiot au commande du jet qui m’ordonne de quitter ma place immédiatement. Comme si avait son mot à dire…

« Ah ! Je savais que t'étais pas mort. »

PAS encore. Je précise à l’attention d’Alfred avant de lever mes pieds aux dessus du tableau de commande un sourire aux lèvres. Dit-moi Fido, Ça fait quoi si je pose mes jambes sur le tableau de commande ? C’est grave, tu crois ?

Et finalement, grâce à nos dons de persuasion mutuelle, Alfred comprend très vite qu’il n’a pas d’autre choix et quitte la cabine de pilotage de mauvaise humeur. En tout cas, plus le temps passait et plus elle me paraissait sympathique cette fille-là.

« Bon ! Pilotage au diner ! Ah ! »

L’avion s’incline sur la droit et je pousse un crie de joie. Ce voyage en jet était bien plus amusant que celui que j’avais fait pour rejoindre Kyle et sa « surprise » dans un village non civilisé ! Parce que j’avais l’impression d’être dans un manège. A la seule différence, qu’on avait la possibilité de s’écraser n’importe où, n’importe quand et de finir en cendre ou en petits morceaux grillés. C’était intriguant… J’avais hâte de savoir comment ça allait se terminer !

« Ta jamais piloté ? Oh bah c'est pas grave, tu vas voir, c'est un jeux d'enfant ! »

Je récupère le casque qu’elle me tend et esquisse une grimace de dégoût avant de hausser les épaules puis de le viser sur mon crâne.

A vos ordres chef !

« Alors t'appuie là, non, le truc là, le gros bouton qui ressemble à une pustule ! Voilà. Puis tu prend ça, et tu le tourne. »

Je suis les instructions de la brune et affiche un air déçu lorsque je me rends compte qu’elle sait ce qu’elle fait. Quelque part, ça rendait le voyage beaucoup moins drôle. Parce que ça augmentait nos chances de survie au trajet. Et c’était bien dommage…

« Bah tu vois que tu sais ! »

Je pousse un soupir de lassitude.

« ALFREEEEEEEEEEEEEEEEED ! »

« Madame ? »

Ooouh, l’hôtesse de l’air n’a pas l’air très contente… Peut-être que si on lui fait porter la tenue qui va avec, il se sentira mieux après ? On essaie ?

« Amener nous une bouteille de champagne, des sushis, et euh..des petits fours ! »

« Il n'est pas prudent de boire et de conduire en même temps. »

Conduire ? Je commence à l’attention de Fido irritée. Depuis quand on conduit les avions hein ? Depuis que t’as acheté ta licence dans une boutique de souvenir sur l’aviation ?

Lui aussi était idiot. Il devrait bien s’entendre avec mini Dyson. J’étais même prête à faire les présentations si ça pouvait aider à ce que Fido dégage de mon champ de vision.

« Mais c'est pas grave, j'ai ma co-pilote ! Elle apprend très très vite ! Et l'alcool n'a pas grand effet sur moi. Allez, en avant Alfred ! »


Gros naze ! Je crie tandis qu’il quitte le poste de pilotage. Pendant ce temps, ma voisine s’amuse comme une petite folle à son poste.

« Mettons...Un ...peu...de musique ! »

De la musique ? Et dire qu’il n’y avait pas de beau mâle avec lesquels s‘amuser un peu… Pfff.

« Euh, mauvais bouton ! »

Pas grave. Je rétorque avec un regain d’intérêt. T’as qu’à en essayer un autre ! Ferme les yeux, ça sera plus drôle !

« Nickel ! Merci Alfred ! »

Il m’énervait Fido. Il n’était jamais content et je mourrais d’envie de le faire disparaître. Si on avait plus besoin de lui, j’irais lui donner des cours de vol personnalisé. Je lui adresse un sourire mauvais et passe un doigt le long de ma gorge ce qui le fait fuir aussitôt. Quand j’aurais deux minutes, je m’occuperais de son cas. En attendant…

« Ah la tienne ! »

J’adresse un beau sourire à l’attention de la brune et bois le verre d’une trait après avoir trinqué avec elle. C’était la première fois que je buvais du champagne et je sentais absolument rien. C’était nul enfaîte !

« Bon alors, c'est qui le type qui te fait du gringue ? C'est ton copain ? »

Quel type ? Je demande avant de réaliser qu’elle parle d’Ali. Pfff. Non, c’est rien. Juste mon nouveau colocataire Ali.

Ni plus, ni moins.

« Au fait moi je suis Jezabel »

Moi c’est Midnght. Mais tu peux m’appeler Mina si tu veux, les gens font ça habituellement.


***

Le voyage n’avait pas été des plus passionnant. Nous étions arrivé sans encombre et en un seul morceau à destination. Heureusement, Jezabel était de bonne compagnie. Avec elle, le pilotage devenait légèrement plus intéressant. Bien que je ressentais une légère déception à l’idée de ne pas avoir eu la possibilité de piloter l’engin les yeux bandé. Et de ne pas avoir pu jeter Fido par-dessus bord aussi. Pourtant, j’étais bien parti pour ! J’avais prétexté une envie d’aller aux toilettes et je m’étais glissé derrière lui avant de l’étouffer jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ensuite, je l’avais traîné jusqu’au fond du jet, en prenant bien soin qu’il se cogne un peu partout, puis je l’avais relevée et avait posé ma main sur la poignée de la porte pour le balancer à l’extérieur. Manque de pot, il était pas le seul emmerdeur à bord et j’avais pas pu fini ce que j’avais commencé. Trop dangereux il paraît.
C’était quand même de sacré rabat-joie c’est gens-là !!

Et puisque je n’avais pas encore réussi à fuir leur stupide mission, je m’étais retrouvée comme les autres, devant une grande mallette noire. D’après ce que j’avais pu observé en regardant les autres ouvrir la leur, il y avait un costume dedans. Et des armes. Les armes, c’était super. Mais les costumes c’était pour quoi ? On allait à une bal costumé finalement ?
Ah moins que… Attendez, il parlait pas de super héro dans l’annonce pour mes vacances en Russie ? A tous les coups, ça devait être lié au mail que Brandy avait écrit et envoyé pour moi. Qu’est-ce qu’il y avait marqué dedans déjà… Ah oui ! Il avait parlé d’Harley Quinn. Ça voulait dire qu’il allait y avoir le costume de la nana du jeu dedans ? Une batte ? Des boites surprises ? Des teintures ?!

Bouge pas machin, je crie à l’attention de Géo trouvetou tandis que je me décide à ouvrir la mienne. Si c’est nul, j’vais te faire un gommage à l’acide.

Bon. Je n’avais pas la moindre idée de l’endroit où je pourrais trouver de l’acide dans le coin, mais j’étais sur que si je cherchais bien, j’en trouverais. En plus, je savais me montrer persuasive quand je le voulais. Et ceux, dans toutes les langues.

« Harley Quinn. Description ici »

Pendant que la mallette se lance dans un monologue que je considère comme inutile, je récupère au fur et à mesure, les différentes parties qui composent mon costume.
Comme le costume d’Harley Quinn dans le jeu, mon costume est rouge et noir. Ce qui me convient parfaitement.
Aussitôt, une épaisse fumée noir me recouvre tandis que j’enfile mon nouveau costume. Mon ancienne tenue avec ce costume là, ça pouvait pas marcher. Et comme j’avais la flemme de me déshabiller, c’était quand même plus rapide de se changer comme ça. Ca me permettait d’avoir l’occasion de tester l’équipement fournit avec sur Fido qui nous avait suivie. J’avais hâte de voir ce qu’il avait rajouté là-dedans…

Regardez ce que nous avons là…

Après avoir jeté un coup d’œil rapide à l’équipement contenu dans la mallette, je sors une batte customisée, un maillet aussi customisé, des flingues, un bracelet avec tout un tas de breloque ressemblant étrangement aux boites surprises d’Harley Quinn et des billes noir et rouge identique à celle accrochées à ma ceinture.
Aussitôt, je retire une bille de ma ceinture et la jette par terre avant de l’exposer sous mon talon. Un gaz légèrement opaque s’élève alors de sous mon pied et j’en respire une grande bouffée avant de reprendre toute joyeuse. Qu’est-ce que c’est ??

Je sens rien du tout. Dites, vous êtes sur que ça marche vraiment votre truc ?

Je respire une nouvelle bouffée de gaz, le dirige avec mes mains pour en respirer un maximum mais toujours rien.

Ça marche paaas !! Je crie dégoûtée. C’est quoi cette arnaque ? Tu l’as testé ton truc au moins, avant d’essayer de me le refourguer ?

Et sans plus de cérémonie, je prends une nouvelle bille attachée à ma ceinture et la balance en direction de l’inventeur. Celle-ci explose juste à ses pieds et aussitôt, le gaz commence à faire effet. Jalouse, je croise les bras contre ma poitrine et fait la moue.
Mais qu’est-ce qu’il a de plus que moi ???

C’était énervant de ne pas même avoir une petite hallucination de rien du tout. Aussi, j’avais décidé qu’il était temps de m’occuper de Fido. Parce qu’il était-là, et que j’avais très envie de lui jouer une petite chanson. Je récupère donc le bracelet et retire l’une des breloques accrochées dessus puis, après quelques tentatives infructueuses, je découvre qu’il me suffit de poser la breloque au sol, pour qu’elle prenne la taille d’une boite.
C’était bien ça ! Une boite surprise !!

Avec un sourire carnassier, je me glisse en toute discrétion derrière Fido, remonte la boite à musique et part en courant lorsque la mélodie commence. Une fois cachée et à l’abri, je me bouche les oreilles et attend l’explosion. J’espérais au moins que les boites elles, soient aussi efficace que dans le jeu.

« Qu’est-ce que… Aaaaaah… Attention !!! »

Lorsque l’explosion retenti, j’éclate de rire et sort surexcitée de ma planque, joyeuse à l’idée de ne retrouvé que des pieds calcinés à la place de Fido. Sauf que sur le lieu de l’explosion, il n’y a que des morceaux de la boite surprise éparpillé un peu partout. Pas un seul reste humain. Fido avait réussi à s’en sortir et c’était la deuxième fois que ça lui arrivait. Il allait me le payer...

Crotte de bique. Raté ![b]

« Alors Midnight ? Tu aimes ce que Géo t'as donné ? Toi aussi tu veux t'y essayer, à les utiliser ? »

– [b]Mouais, c’est pas mal.
Je réponds. Quoi ? Tu te crois vraiment à la hauteur moustique ? Parce qu’il n’y a personne à me balancer dessus là !

Sans lui lasser le temps de répondre, je récupère une bille de couleur rouge et la lance en direction de Mini Dyson qui, lorsqu’elle explose au sol, se met à rire de façon incontrôlé. Du gaz hilarant hein ? Ça c’était l’éclate !

« JE DETESTE CE TRUC »


– C’est parce que t’es qu’un rabat-joie qui sait pas s’amuser moustique ! Je rétorque avant de disparaître complètement. Comme lorsque j’étais chiante et que je faisais face à tout un groupe armé, j’utilise mon don pour disparaître aux sens et à la technologie puis me glisse derrière Dyson et crie « Bouh ! » Dans son oreille avant de me déplacer sur le côté pour éviter son lancé de toile. Ensuite, je me précipite à l’extérieur, récupère quelques pierre et les lui balance dessus. Puis quand je suis à court de projectile, je cours récupérer ma batte de baseball et m’approche de ma proie en prenant mon temps. Puis une fois arrivée à son niveau…

Kam-POW !

Réapparaissant derrière lui, je lui donne un coup de batte au moment même ou il se retourne vers moi. A ce moment-là, je me déporte sur le côté, sentant une attaque venir, mais je n’ai pas le temps d’esquiver complètement ses toiles d’araignée. On était fichu tous les deux.

« Midnight, tu m'impressionnes. Je suis ravi de t'avoir également avec moi. Et je suis ravi aussi de te voir impliqué. Ce que tu disais dans ton mail, je ne savais pas ça de toi mais je trouve ça vraiment cool »

Je suis née pour tuer, Park te l’avais pas dit ? Tant pis ! De toute façon, tu devais bien te douter d’un truc, je suis extrêmement douée quand il s’agit de résoudre les problèmes ! Par contre, je l’ai pas écrit le mail hein ? C’est Brady qui l’a fait. Alors te base pas sur ses conneries, il a raconté n’im-po-rte quoi. Parce qu’à la base, j’avais l’intention de vous larguer pour partir en vacance. Mais j’avoue que ça… Je remplace les billes manquantes sur ma ceinture et donne un coup de batte dans le vide. Ces petits joujoux me motive à rester. Chanceux va ! Tu vas avoir un exterminateur surnaturel pour t’aider dans ta quête, c’est pas tous les jours que ça arrive !

Maintenant, il ne me restait plus que les colorations à faire et j'étais fin prête ! Ça promettait d'être hilarant...

.


_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 80790
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: Magic league   Jeu 17 Aoû - 9:53



PFFFFFF. ET MAINTENANT, VOILA QUE J'AI DROIT A UN CLOWN.
Et j'ai HORREUR des clowns, ils m’énervent...

Feat. des vacanciers comme moi (Spider-Dydy, Wonder-Jez, Anya-Watch, Black-Raven et Gambit- Ali).

.




Ooooh… Pourquoi j’avais renoncé à mes vacances déjà ?
Parce que je m’en fichais moi, de leur mission à la con hein ? Tout ce que je voulais, c’était m’éclater un peu. Mais à cause de ces satanés gadgets, et parce que j’étais pas totalement débarrassée de l’ancienne moi, j’étais obligée de participer à leur truc super ennuyeux. Comme si j’avais que ça à faire ! J’avais des lieux publics à vandaliser moi !!

Surtout que jusqu’à présent, on m’avait refilé que des trucs super chiants à faire. Du style écouter les autres, ou utiliser mon gaz hallucinogène sur une bande de primate sans cervelle… alors qu’il aurait été bien plus utile sur quelqu’un comme moi, qui voulait en profiter pleinement. Mais le Géo Trouépartout (il le serait bientôt en tout cas) avait du faire lui faire un truc, parce que je ressentais absolument rien une fois assimilé. J’avais même pas une toute petite hallucination de rien du tout. Alors que je la méritais mon hallucination moi ! Bien plus que les autres !!
Ca m’avait d’ailleurs encore plus donné envie de dévivantiser Fido pour ça. Parce que non seulement le gaz avait un effet sur lui, et en plus, ça faisait deux fois qu’il me glissait entre les doigts et je pouvais pas laisser passer ça ! J’avais une réputation à tenir moi ! Enfin, une toute nouvelle réputation à tenir. Dès que j’aurais 2 minutes en privé avec lui, je le massacrerais… comme il se doit.

Enfin… Y avait quand même des moments sympas dans le lot. Et c’était avec Jez que je les vivais. Parce que les autres étaient ennuyeux… Trop même. L’ancienne moi aurait a-do-ré être ici et participer au sauvetage du monde. Parce qu’elle avait rien d’autre à faire, et parce qu’elle se souciait aussi des autres. Moi pas. Et pour donner un minimum d’intérêt à cette mission, j’avais besoin de m’a-mu-sé. Un truc que les autres connaissaient pas.
C’était d’autant plus visible, quand Jezabel et moi, on s’était retrouvé dans un laboratoire de savant fou. Il appartenait assurément à quelqu’un de génial que j’avais extrêmement envie de rencontré. Parce qu’avec lui au moins, on était sur de pouvoir s’amuser. Quelque soit l’option choisie…

« Wow c'est trop bizarre. Tu crois que je vais me transformer en crapaud si j'avale ce truc ? Ou alors je vais avoir des pustules. Eh, avec ca, si ca ce trouve, Ali te foutera la paix ? »

Quelque part, j’étais tenté d’essayer. Par pour éloigner mon colocataire, mais parce que j’étais vachement tentée par l’inconnu. Est-ce que j’allais mourir dans d’atroce souffrance ? Est-ce que ça allait me transformer en monstre ? Est-ce que ça allait juste me donner mal au ventre ? Mais même si ça aurait été amusant de tester la marchandise, y avait un truc qui l’était encore plus. Trouver un idiot et lui faire tester les potions à ma place. En plus, ça ne nécessitait pas ma mort, alors c’était p.a.r.f.a.i.t.

Hum… Ché pas. Je réponds incertaine. Dit, ça te dirait qu’on joue aux savants fous nous aussi ?? On a qu’à aller chercher deux trois cobayes dans le coin et voir lesquels clamsera le plus vite !!! Je suis même prête à lancer des paris.

« Bon on sait pas trop ce que ca fait, mais si il te lâche pas, ta qu'a lui glisser deux trois gouttes dans son verre. Puis si il gesticule trop sur le sol, tu le jète dans de l'acide. C'est bien l'acide. »

C’est vrai que ça aussi c’était tentant. Pas forcément d’empoisonner mon colocataire, mais ne pas savoir ce qui allait se passer, me donnait très envie de tenter son idée. Puis si c’était une bourde, c’est vrai que je pouvais toujours rattraper le coup avec de l’acide ! Mais j’étais pas certaine qu’on en trouve dans le coin. En plus, si je butais Ali, j’étais certaine qu’on allait me faire une scène. A commencer par Park, qui trouverait pas ça normal. Parce que l’ancienne moi, trouverait pas ça normal. Et même si je m’en fichais pas mal, j’avais pas envie de buter des gens par ennuie. Pas tant que je pouvais le faire en m’amusant en tout cas.

« Eh, regarde, je suis Docteur Franky ! »

Eh docteur Francky ! J’te pari 10 dollars que dans pas longtemps, ça va te péter à la tronche et te refaire le brushing !

Je le sentais, c’était gros comme une maison. A force de faire joujou avec des mixtures qu’on connaissait pas, ça allait finir par lui péter à la gueule. Où alors, elle nous ferait exploser toutes les deux. Non pas que ça me dérange tant que ça hein ? Parce qu’au moins, il se passerait un truc intéressant. Mais c’était quand même con de mourir avant d’avoir profité de mon voyage à fond. J’avais encore le temps de vandaliser des trucs et d’envoyer des gens à l’hôpital. Fallait juste que je reste en vie pour ça.

« Il m'a craché à la tronche ! Ce truc m'a craché à la tronche ! Je vais mourir ! Tu vas mourir ! On va tous mourir ! »

L’idée de mourir m’avait fait rire. Bruyamment. Parce que ça ne déclanchait absolument rien chez moi. Pas de peur, ni de crainte… même pas un soupçon d’appréhension. C’était juste.. la mort. Et c’était drôle. Parce qu’on pouvait mourir du jour au lendemain comme ça, sans même le voir venir. Et parfois même, ça pouvait être un sacré spectacle. Comme la future mort de Fido par exemple…

« C'est quoi ? Des recettes pour faire du poulet ? Ah nan ...Résistance corporelle. »

Oooh… Je commence déçue. Il pouvait pas faire des expériences plus amusante non ? Du style, un virus qui transforme les gens en zombie par exemple ? Ça aurait été amusant ! Alors que ça, tout le monde s’en contre fou.

Je comprenais pas pourquoi les méchants faisait toujours la même chose.
Créer le soldat parfait par ci, conquérir le monde par-là… alors qu’il y avait des tas de trucs super amusant à faire en tant que super vilain ! Comme inventer LE virus qui surprendrait tout le monde ! Ou qui nous offrirait enfin l’occasion de s’éclater comme des petits fous ! Comme par exemple, un poison qui nous fait avoir des hallucinations horribles avant de nous tuer, ça c’était génial ! J’étais même prête à accepter les zombies parce que ça, c’était quand même cool. Mais la résistance corporelle… bof.

« J'ai même des tripes, des poumons et des yeux. Et c'est tout frais. Lui, c'est un petit joueur. Il garde ca comme ci on gardait du pinard à la cave. »

Des cerveaux à l’intérieur de bocaux, c’était pas étonnant. Ça voulait dire, qu’il avait bien fait des expériences sur des cobayes. Ce qui m’étonnait pas du tout, parce que si j’avais été à sa place, j’aurais fait la même chose. La question était : est-ce qu’il avait réussi a obtenir ce qu’il voulait ?
Ooh… et voilà que je commençais vaguement à m’intéresser à leur connerie. Pfff.

« Je suis pas trop sur que ce soit normal ca ... »

Normal, ça ne l’était pas. Mais au moins y avait un peu d’agitation, c’était déjà ça.

***


« Bon alors les gars on a un problème, mais personne panique. Dyson, soit mignon et cache moi cette tête de demeuré ! Même mon serpent ce suiciderait avec ce faciès d'espoir. Voilà, on étire les lèvres, commmmmeee ca ! Bref, elles ont été téléporté dans un batiment qui surplombe une salle de reception. Mais comme c'est pas assez marrant, John Frime à décidé d'y ajouté un peu de mordant ! On est pas les seuls à posséder des pouvoirs... »

Dyson s’avait pas reconnaître une bonne nouvelle quand il en entendait une. Sans doute parce qu’il était chiant à mourir et qu’il voulait que tout se passe comme prévu, comme ma grand-mère si j'en avais une.
Mais moi, je trouvais ça super excitant. Parce que comme Harley le disait si bien : Si ce n’est pas compliqué, ce n’est pas amusant.
Bon, d’après elle c’était un certain Joker qui l’avait dit, mais ça changeait rien à la véracité des faits ! Et puis comme ça, il pouvait être certain que j’allais rester encore un peu. Mais dès que ça redeviendrait chiant… POUF ! Plus personne.

Après ça, Jezabel m’avait une nouvelle fois embarquée avec elle dans un road trip à toute vitesse ! Et une fois encore, j’avais rien pris pour profiter du moment à fond. Ce qui fait qu’a part être malade une fois que nous étions arrivées devant les deux autres nanas dont je connaissais pas le noms, j’étais malade comme un chien. Ou une chienne, c’est pareil.
Heureusement, le malaise ne dura pas. Mais entre temps, Jezabel m’avait poussée, parce qu’apparemment on risquait de se faire repérer. Pourtant, j’étais plutôt du genre discrète non ?

Ca y es ? On va enfin pouvoir s’amuser ? Je demande avec enthousiasme. Génial ! A plus tard hein, j’ai des trucs à faire !

Je n’avais pas l’intention de rester avec les autres. De toute façon, Jezabel c’était tiré et moi j’étais bien plus motivée à l’idée de visiter discrètement le coin histoire de voir s’il n’y avait pas deux trois trucs intéressant à faire, plutôt que de rester avec des snobs chiants à mourir qui s’avait clairement pas s’amuser. Ce genre de soirée, c’était pas pour moi. Y avait rien de vraiment amusant, c’était juste une bande de riche qui riait à leurs blagues pourries et dansait entre eux. Y avait même pas de petite explosion de rien du tout… Pfff, c’était nul.
Ah mais tiens, c’est qui le con là ?

Puisque je devais passer inaperçu, j’avais utilisé l’un des petits tours de passe passe de Trouéaucou pour changer d’apparence. Et comme j’étais une fille original, je me devais de choisir une fille super canon ! Et tout aussi original que moi.
Bon d’accord, je savais pas si elle était originale, vu que je la sortais tout droit de mon imagination. Mais au moins, elle avait une suuuper couleur de cheveux. C’était déjà ça.
Attendez… si elle sortait tout droit de mon imagination, ça voulait pas dire qu’elle était moi et donc qu’elle était originale ? Pfff c’est chiant…

Donc j’en étais où déjà ? Ah oui ! J’avais changé d’apparence et je m’étais retrouvé devant un type bizarre qui sortait d’une pièce entouré de toute une escorte. Quoi ? Il pouvait pas aller au toilette tout seul ? Il lui fallait tout ce monde pour surveiller que tout ce passe bien ? C’était pas un peu gênant tout ça ?
En tous cas, les gorilles avec lui avait pas l’air super sympa. Ils souriaient même pas !
Et en plus de ça, ils étaient agressifs ! Y en a même un, qui à commencé à me parler dans une langue que je comprenais absolument pas. C’était quoi son problème hein ? Il pouvait pas parler NORMALEMENT, comme tout le monde ? J’avais pas de décodeur ni de traducteur moi, j’avais même pas mon dico. Il croyait quoi, que j’allais comprendre par miracle ce qu’il disait ?

Vous m’emmerder d’accord ? Alors fermez-là si vous voulez pas finir en puzzle.

Mon ton était menaçant. Chose qu’ils n’avaient pas loupés puisqu’ils se sont mis à se la jouer gros bras pour protéger le type. D’alleurs, c’était qui ce type ? Je savais toujours pas moi ! Bon, réfléchissons… Pffff.. Il était chiant mini Dyson quand même hein ? J’avais pas envie de me prendre la tête pendant mes vacances moi ! Quel emmerdeur. Donc..
Il a l’air important puisqu’il était entouré de trouduc… Très important même.
C’était peu être un président alors ? Non non, j’avais pas entendu parler d’un président. Et euh… y avait pas une histoire de ministre dans tout le blabla de grand-mère Dyson là ? Ah ! Ça devait être lui. J’avais plus qu’a le convaincre de venir avec moi.

Suit-moi gros lard ! On va faire un tour.

Pas de réponse. Ah… c’était sans doute à cause de notre problème de langue. C’était bien ma vaine !
Je pousse un soupire de lassitude et lui fait un geste de la main pour lui faire comprendre qu’il doit venir avec moi. C’était clair là quand même, non ?

Putain, je suis tombée sur un moue du genou ! Génial ! Bon, cassez-vous les pingouins.

Les types avec le supposé ministre avait pas l’air content. Ils avaient l’air furieux même et sur la défensive. Aaaah la barrière de la langue… C’était compliqué de dire à un con de nous suivre, sans qu’ils s’imaginent des trucs. D’ailleurs, pourquoi le ministre n’ordonnait pas à ses gars de rester en retrait avant de me suivre sans broncher hein ? J’étais pas assez canon pour lui c’est ça ? Le goujat.

De toute façon, il allait me suivre qu’il le veuille ou non. Parce que s’il y avait bien un truc que je savais faire, c’était convaincre les gens de faire des trucs contre leur volonté. Et pour ça, j’avais l’arme ultime. Tout faire cramer. Mais avant, j’allais quand même tenter un truc ou deux, histoire de pas me taper des remontrances ensuite.

Très bien, vous l’aurez voulut bande de naze.

Énervée, je récupère un vase et le lance au visage du premier gorille qui se présente et aussitôt, la fête commence ! Ils essaient de me taper et moi, j’esquive leurs attaques et je les ridiculise. Tout se passait incroyablement bien. Jusqu’au moment, ou y a un idiot au cheveux vert, qui a débarqué et qui les a tous fait partir. Pourquoi il avait fait ça, POURQUOI ?! Il voyait pas que j’étais occupée là ? Pfff… Maintenant, j’allais devoir retrouver le ministre. C’est pas vrai ?!

« Je vous offre un verre ? »

Seulement si je peux m'en servir pour vous trancher la gorge avec. Je réponds d’un ton sec.

« Ce serait plus drôle que de boire dedans, c'est vrai. Mais la gorge c'est... c'est trop rapide. On s'étouffe, on meurt. Pas de spectacle. Et ça bousille la moquette. Avouez qu'elle est belle cette moquette. Du grand art qui finit piétiné par des cafards. »

Et alors quoi ? Il était décorateur d’intérieur en plus d’être clown et conseiller en meurtre ? Qu’est-ce que j’en avais à faire de la moquette moi hein ? Rien du tout.
Il m’ennuyait celui-là.

C’est à cause d’emmerdeur comme vous, que les assassins comme moi, préfères viser les points vitaux. Comme ça, on à pas besoin de se taper tout le blabla inutile et les tentatives ridicules de marchandage qui vont avec. En plus, je suis pas d’humeur. Je lance d’un ton menaçant. Alors dégagez de mon chemin compris ? [b]Maintenant dégagez ou je refais peinture du couloir avec votre sang. Un peu de rouge, ça serait pas du luxe en plus. !

C’était assez clair non ? Attendez, il manquait un truc.

Ah oui j’oubliai… Promis, je ferais attention au tapis. Et quand vous aurez fini de saigner partout comme un porc, je vous enterrerai avec. Alors, vous êtes content ? Pas la peine de répondre, je suis sur que vous l’êtes. HA HA !!

J’étais quand même serviable hein ? Un type bizarre venait m’emmerder en pendant ma séance d’exercice et moi, je lui offrais la possibilité de pourrir avec son super tapis ! C’était quand même sympa de ma part hein ! J’étais exceptionnelle vraiment. Parfaite même. HA HA !

« Du genre direct, hein ? ... Hm. Des fois, faut savoir... »

Et bla bla bla… Pourquoi il arrêtait jamais ? Quelqu’un avait pas un kit de couture sur lui ? Et du fil de pèche ? Ou un truc bien solide ? Que je lui ferme la bouche avec DÉFINITIVEMENT.

« ... savourer l'instant. »

Et là, le type se met à croquer le verre. Attendez, c’était quoi ce verre à deux rond ? Du sucre ? A l’enfoiré ! Il aurait pas pu me le dire avant non ?! Je l'aurais mangé son verre moi !

« Si vous avez des gorges à trancher, tardez pas trop. Va y avoir de l'orage. »

Ooooh… et voilà qu’il nous la jouait miss météo maintenant. Pfff. C'était à mourir d’ennui.




.

[/size]
[/font]
_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 80790
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: Magic league   Dim 20 Aoû - 0:35



ENTRE PSYCHOCLOWNY ET MOI, CA VA FAIRE DES ETINCELLES !!!
Et comme on va faire péter des trucs, ça va faire BOOOM aussi. HA HA !!

Feat. des vacanciers comme moi (Spider-Dydy, Wonder-Jez, Anya-Watch, Black-Raven et Gambit- Ali).

.




Ce type était pas net. Ça se voyait à sa tête de clown. Il avait des cheveux verts, un sourire dessiné avec du rouge à lèvre par-dessus ses cicatrices, et un visage maquillé en blanc. Et même s’il m’emmerdait avec tout son blabla qui menait à rien (et surtout pas à mon amusement personnel), je devais bien reconnaître qu’il avait l’air complètement taré. Et c’était connu, les tarés savaient s’amuser. Et si c’était pas le cas, on pouvait toujours trouvé le moyen de s’amuser avec.
Dans tous les cas, c’était toujours plus intéressant que de courir après un vieux croûton de 300 pige entouré d’une bande de gorille débile même pas capable de localiser leur culs avec une carte, et qui parlait même pas la bonne langue en plus ! Puis si grand-mère Dyson voulait son ministre, il avait qu’à aller se le chercher lui-même d’abord !
Moi, j’étais pas sa boniche.


« Un point à chaque tête qui tombe. Que le pire gagne. »

Avant de me dire ça, il avait pointé du doigt la fenêtre derrière moi, c’était penché pour regarder les participants à la fête prendre la fuite, puis il avait siffloté en cherchant dans ses poches avant d’en sortir des fumigènes qu’il avait balancé au milieu de la foule ce qui les avaient fait paniqué. Puis il avait sauté, me laissant seule comme une conne à l’étage. Ca, c’était vraiment pas du jeu.

Très bien, comme tu veux Green Bobo. Mais t’as pas intérêt à gagner tu m’entends ? Sinon, J’TE BUTE ! Je termine menaçante, en criant bien fort pour qu’il m’entende.

C’est vrai quoi ! Il était hors de question, que je laisse un amateur me voler la vedette aussi facilement. Après tout, j’avais des générations et des générations de connaissance dans le domaine de l’assassinat et de la stratégie à ma disposition ! En plus, j’avais des super gadget pour m’aider dans ma tache.
Je ne pouvais que gagner. Quand à lui, ma victoire prouverait juste que c’était qu’un loozer qui n’avait AUCUNE chance. C’était pas un scoop, mais tout le monde n’était pas encore au courant. Du coup, fallait que ce soit bien clair pour tous. J’étais la meilleure et les autres étaient NULS.

Une fois la menace faite, je saute par la fenêtre avant d’atterrir avec souplesse plusieurs étages en bas. Grâce aux nombreuses zones d’obscurité sur notre terrain de jeu, j'étais capable de me déplacer dans l’ombre sans me faire repérer. Cependant, y avait quand même un petit problème dans tout ça. Avec mon costume aussi sexy et stylé soit-il, j’avais peu de chance de passer inaperçu au milieu de cette foule. Et moi, j’avais envie de la disperser cette foule. De la faire sauté même ! Et pour ça, il fallait que j’aille au milieu pour y déposer une de mes adorables et attachantes petites boites surprises...

Du coup, alors qu’il avait déjà commencé la tuerie de son côté, j'ai usé de mon pouvoir d’ombre à l'abri des regards, pour disparaître. Puis, je me je me suis approchée de la foule en chantonnant et en trottinant toute heureuse, avant de déposer quelques boites surprise à des endroits bien stratégiques et grouillant de monde. Avec le bruit extérieur, la mélodie qui s’échappait des boites passaient presque inaperçu. Mais les gens étaient stupides de toute façon. Alors même si quelqu’un s'apercevait qu'il y avait une boite à musique par terre, il dirait rien. Et ça, ça me facilitait grandement les choses.

Après ça, je me sui installée à un endroit stratégique. J’avais pris mes deux flingues et j’avais tiré dans le tas. Chacun de mes tires étaient précis, le but étant de viser la tête, le cœur, voit même de tirer dans la jambe pour ensuite achever ma victime. Et comme j’étais chanceuse, quelques brebis égarées et des idiots de la sécurité, venaient aussi se perdre dans mes filets. Bien évidemment, je les avaient tous dévivantés. Pas tous de la même manière certes, parce qu’il y avait des pizzas, des picasso et des troués, mais c’était du pareil au même de toute façon. Et puis, j’étais une professionnelle après tout ! Quelle image ça aurait donné de moi, si j’avais fais le travaille à moitié hein ? C’était impensable.

Hush little baby, don’t say a world. Momma’s gonna kill for you the whole damn world.And if they don’t laugh at our jokes, momma’s gonna stab out their goddamn throats...

Puisque ma cachette était parfaite à cause de ma vue bien dégagée sur la cours et des nombreuses zones d’ombre dans lesquelles je pouvais me dissimuler en cas de problème, j’enchaînais sans me soucier de quoi que ce soit, les meurtres en chantant tandis que je riais sans retenu lorsqu’un nouvelle explosion retentissait parmi les rescapés du massacres. De temps en temps, je balançais une de mes billes de gaz dans le tas, déclenchant tour à tour des éclats de rire incontrôlés et des hallucinations, sans jamais cesser de tirer sur nos cibles.

Finalement, c’était beaucoup plus amusant que les vacances que j’avais en tête. Seulement, au fur et à mesure que les cadavres s’empilaient sur le sol et que la source de notre défie s’épuisait, je me rendais compte, que green clowny n’était pas juste un idiot débutant qui voulait faire ses preuves. Non, il savait ce qu’il faisait. Et ça, c’était pas bon pour moi, parce que je voulais gagner, je devais gagner !!! Il n’y avait qu’une possibilité, c’était que je gagne, gagne, QUE JE GAGNE !!! Donc, pour que je gagne, il fallait qu’il crève. Et c’est à ce moment-là, que le vrai jeu a commencé.

Attention Cruella d'Enfer ! Balle en approche ! Esquive ! Je crie à une femme habillée d’un manteau de fourrure foncé qui courait en talon aiguille un peu plus loin.

Un homme qui devait sans doute être son mari c’était arrêté en réalisant que la femme c’était écroulée à terre, une balle entre les deux yeux. Et s’il était assez idiot pour faire ça, c’était forcément qu’il voulait mourir ! Aussi, je pose le doigt sur la gâchette prête à tirer lorsque l’homme tombe à terre, raid mort. Le tricheur !!! C’ETAIT LE MIEN D’ABORD !

Héééééé !!! GREENY B, C'ETAIT MON BOBO STUPIDE D'ADORD ! !! J’avais crié ça sans me soucier qu’on l’entendre. De toute façon, il était le seul à avoir la capacité de me voir comme de m’entendre. Et c’est sans doute pour ça, qu’il avait choisie de répondre à ma protestation avec une balle tiré dans ma direction. Mais c’était raté…
Chose que je me suis empressée de partager avec lui.

TU M’AS RATE GROS NAZE ! Je crie moqueuse avant de terminer. MÊME UNE GRAND-MERE AVEC DES LUNETTES DOUBLE FOYER, FERAIT MIEUX QUE TOI LOOZER !!!

Et pour bien illustrer mon propos, j’ai fait le signe du l sur mon front. Puis j’ai quitté ma place en urgence en prenant soin de m’éloigner assez, pour ne pas être touchée pas des débris de l’explosif qu’il avait envoyé dans ma direction.

RATE, RATE, RATEEEEEEEE !!!

Je lui tire la langue et cours me cacher dans une zone d’ombre avant de me déplacer en toute discrétion, le privant de son avantage sur les autres. A savoir, me repérer. Puis, lorsque je suis assez prêt pour me le faire et me mettre à l’abri au cas où, je me dévoile à nouveau à sa vue et crie :

T’es mort Green Peace. Wa-Tcha !

Et là, j’ai commencé à tiré sur ma cible, détournant un flingue de temps en temps, pour tirer un des derniers survivants de notre défi. C’était pas un clown qui allait m’apprendre mon métier non mais !

Alors, tu capitules ou je te grille sur place ?

Et bien évidement, il a pas capitulé. Au lieu de ça, il a riposté et notre petite gueguerre a continué jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne. C’était pas la fin de notre petit défi du coup ?

POUUUUUUCE !!!! Je crie sans sortir de ma cachette à l’attention de Clowny. J’ai rien de blanc pour signaler la fin de notre combat, mais comme y a plus personne, ça devrait pas être obligatoire. Alors tu tires plus hein ? Même si toi aussi, ça te dérangerais pas de me faire sauter le caisson histoire de confirmer ta victoire.

Quoi ? J’ai dis que ça me dérangerait pas de lui faire sauter le caisson, pas que je le ferais !

Je rengaine mes deux flingues et m’approche des cadavres éparpillés sur le sol. Maintenant, ils nous restaient plus qu’à compter. 1… 2…3…
Et c'était parti pour le côté chiant du défi.. Pffff.



.


_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com
avatar Katherina Valeriùs

Ô mère sait-elle donc que vous portâtes ses draperies.


Messages : 299
pépettes : 80790
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: Magic league   Mer 30 Aoû - 7:25



J'EN AI MARRE !
Viens ici la boite de conserve ! J'vais te démonter pièce par pièce moi, tu vas voir !

Feat. des vacanciers comme moi (Spider-Dydy, Wonder-Jez, Anya-Watch, Black-Raven et Gambit- Ali).

.


Red Bobo avait bien fait de se tirer dans un éclair rouge comme un lâche.
Parce qu’au final, le jeu d’échec était bien plus amusant que lui. Non pas, que je n’apprécie pas un petit défi de temps en temps hein ? Mais quand y a personne qui réplique, ça devient très vite chiant. Alors que là, les pièces étaient de sacrées coquines ! Certaines attaquaient même, en même temps et semblaient agir selon une stratégie mûrement réfléchie. Et ça, c’était quand même mieux qu’une poignée de bobo affolés courant dans tous les sens comme des poulets sans tête.

En tout cas, j’avais échangé ma merveilleuse mini M, contre ma non moins fabuleuse Pablo… Ou Ricardo. Enfin, un truc en O qui sonne italien, j’étais pas encore décidé. Puis j’avais ensuite récité une incantation en latin, pour donner le pouvoir à mon arme de faire un max de dégâts chez mes nouveaux et futurs ex-meilleurs pote de jeu, puis j’avais explosé d’un coup de maillet, la patte du cheval de l’un des cavaliers à côté de moi, avant de me jeter dans le tas, pour exploser tout ce qui entrait en contacte avec mon maillet chéri.

Sok-a-la-ho-ya ! Avec l’aide de mon pouvoir de lévitation, je saute en l’air et lève mon maillet chéri au dessus de ma tête, avant de l’abattre de toutes mes forces sur la première pièce qui me tombe sous la main. A savoir, une tour noir. Celui-ci perd la tête qui explose sous l’impacte et j’en profite pour prendre appuie sur la tour qui s’effondre, avant d’effectuer un saut périlleux arrière ce qui me permet d’éviter de justesse quelques poignard et autres surprise colorée explosive. Je profite même d’une seconde de répit pour ouvrir de grands yeux ébahie tandis que les feux d’artifice explosifs illumine la pièce, avant de faire une roulade en avant pour éviter un coup de lance et de me relever aussitôt pour me retourner et donner un violent coup de maillet dans les jambes de la reine noir.

Hééééé !!!! Je commence irritée qu’elle ait osé me déranger pendant le spectacle des feux d’artifice. Ça va, y a pas le feu au lac hein ? Tu vois pas que je suis occupée-là ?!

Pourquoi étaient-elles toutes si pressées de finir en morceau hein ? Elles avaient un rendez-vous après ou quoi ? Elles n’auraient pas osées quand même ! Parce que si c’était ça, c’était vachement vexant.

Dites, je me baisse pour éviter un coup d’épée et en profite, pour donner un violent coup de maillet dans une tour avant de me relever et de souffler sur une mèche de cheveux pour la dégager de mon visage, avant de reprendre. Pourquoi est-ce que vous êtes si pressées de finir en morceau ? C’est parce qu’après, vous avez des rencards c’est ça ? Vous n’oseriez pas hein ? Dites ??

J’avais demandé ça l’air triste, avant d’esquiver une nouvelle attaque et d’abattre mon maillet sur une nouvelle pièce proche de moi.

– DEGAGE !! Je grogne menaçante. A moins, qu’elles avaient juste envie de changer de job. Après tout, pièce dans un jeu d’échec, c’était pas top glamour. Du coup, peu être qu’elles avaient envie de se reconvertir dans les puzzles en 3D ? Ou dans ses petites briques en plastique là, que les mioches empilaient les unes sur les autres. Comment ça s’appelait déjà ? Des Régos ? Pelgros ? P’tit gros ? Ooooh et puis zut ! On s’en cogne de toute façon.

« On a un problème de mon coté. Un très très gros problème. »

Quoi ? Elle aussi elle avait des pièces rancunières qui voulait la buter ? Mais… Héééé !!!

Dégage, dégage, DEGAAAGE !!!

J’esquive et enchaîne les coups de maillet, jusqu’à ce que je sois à bout de souffle. Epuisée, je m’essuie le front d’un revers de la main et prend appuie sur mon maillet posé par terre.


Pfiuuuuu… Ça c’était du sport !

La guerre entre l’échiquier et moi avait été longue, mais au final, j’avais remporté la partie. Profitant de ce petit instant de tranquillité, je fais des bulles avec mon chewing gum qui n’a plus vraiment le goût de fraise avant d’esquisser une grimace de dégoût et de le cracher par terre. Il m’en fallait un autre tout de suite ! C’était URGENT.

Je récupère un paquet de chewin gum planqué sur moi et en met un en bouche, lorsque je vois mon colocataire arriver vers moi. Apparemment, il a eu un rancard avec un bus avant de me retrouver. D’ailleurs, en parlant de retrouver… ils étaient où les autres hein ? Et Jezabel ? Elle était où Jez ???
Je vais pour lui poser la question lorsqu’il me coupe dans mon élan et commence :

« T'as envie qu'on fasse une partie d'échec à deux ? À moins que tu veux qu'on aille s'amuser à faire des graffitis, avant de sauver le monde ? »

Hein ? Mais qu’est-ce qu’il raconte ? Quelle partie d’échec, il ne voyait pas que je l’avais DÉJÀ gagné la partie ? Et puis c’était quoi ça ? Une fleure ? Il m’avait prit pour une vache ou quoi ? J’avais une tête à aller brouter l’herbe dans les près peut-être ? Crétin !

Donne-moi ça ! Je lui ordonne d’un ton sec en lui prenant l’une des bombes de peinture des mains, avant de reprendre. Alors… par quoi est-ce que je commence…

Je détourne la tête et fait mine de réfléchir aux différentes possibilités qui s’offrent à moi, lorsque mon colocataire apparaît brusquement dans mon champ de vision et qu’aussitôt après l’étrange lueur rougeâtre apparut dans son regard, une scène familière se joue à l’intérieur de mon esprit.

Et juste après ça, il me lance comme si de rien n’était..

« Ah j'ai oublier te dire que Renverse Flash , a fait le pigeons voyageur et que tout ce qu'on a vécu est seulement une entracte. Le vrai plan va commencer. Donc si tu as envie de t'amuser avant la fin du monde faisons le ! Et sache ce que que la vision que je t'ai fait voir c'est ce que j'ai envie de te dire depuis longtemps et je devais te le dire , avant que la guerre commence. »

Qu’est-ce que… La tête baissée, je reste quelques instants silencieuse, avant de relevée la tête, folle de rage, et de commencer à son attention. Mais pour qui tu te prends hein ? C'est quoi ton problème ? Je tape mon index contre son buste avec force avant de reprendre, sous prétexte que tu as des sentiments pour moi, tu OSES PIRATER MON ESPRIT SANS MÊME ME DEMANDER MON AUTORISATION ?

J’avais tapé son buste de plus en plus fort à mesure que je parlais, jusqu’à ce que je termine ma phrase et que je prenne le maillet pour le décapiter avec. Du moins, c’était l’idée.

NE M’APPROCHE PLUS, TU M’ENTENDS ? SINON, J’TE BUTE !

Et là, j’ai pris l’une de mes billes de gaz hilarant à ma ceinture, que j’ai jeté par terre et écrasé sous mon talon, avant de me glisser derrière lui, d’y déposer l’une de mes boites surprise puis de partir furieuse après l’avoir déclenchée.

Un peu plus loin, Fido klaxonnait comme un fou dans sa limousine temporairement intacte. J’étais clairement pas d’humeur et celui-ci, avait eu la bonne idée d’arrêter de faire joujou avec le tut tut de sa voiture, lorsque son regard est tombé sur la petite boite surprise que je faisais tourner entre mes doigts. Je me fichais qu’on m’attende quelque part, le premier qui faisait quoi que ce soit, j’allais l’ouvrir en deux et le vider comme un poisson avant de tout faire péter. Et ça, c’était pas une blague.

Tout le trajet, je l’avais donc passé devant à côté de Fido. Il n’était pas content, mais il était hors de question que je retourne à l’arrière avec le violeur d’esprit, alors que je pouvais m’en protéger grâce à une vitre teinté. Aucun de nous deux n’avait ouvert la bouche pendant le trajet. Fido et moi, avions signé une trêve temporaire dans laquelle j’avais promis avec un regard entendu, de ne pas attenter à sa vie. Pour l’instant. Chose qui pour l’autre derrière, était loin d’être assurée. Très loin même. Parce que ça m’obsédait encore, de le dévivantiser sans même lui demander la permission. Pourquoi pas hein ? Puisque après tout, ça l’avait pas dérangé de pirater MON CERVEAU sans me demande LA MIENNE.

Et après un trajet interminable tant que m’ennuyais à mourir et où le temps changea pour refléter mon humeur actuel comme presque à chaque fois -c'est-à-dire, ciel sombre, tonnerre qui gronde et vent qui se lève - la voiture c’est arrêtée non loin d’un espèce de robot humanoïde moche comme tout debout sur l’asphalte défoncé. Sans doute un atterrissage forcé. Où alors, il avait une putain de force dans les jambes ! Ou des réacteurs surpuissant capable de tout défoncer sur son passage ! Ça c’était intéressant !

BEIN ALORS MOUSTIQUE, TU PROFITES DE LA VUE ? Je crie à m’en casser la voix à l’attention de mini D une fois sortie de la limousine, pour qu’il m’entende de sa place. C’est-à-dire, le coup serré entre l’une des mains du robot. SI TU TE METS AU DESSUS DE SA TÊTE, ON POURRA DIRE QU’IL A UNE ARAIGNÉE AU PLAFOND !! AH AH !

En bonne équipière, puisque après tout nous étions une équipe, j’en profite pour faire quelques photos dérangeante de Dyson qui tentait en vain de se libérer pour mes futurs cartes de… bon, je savais pas trop quoi encore, puis je récupère mon maillet et demande à Jezabel :

Ça te dirait de faire un carton Jez ? Et après, on ira faire une séance de massage shiatsu pour le cerveau. J’adore les électrochocs ! Il n’y a rien de mieux pour recharger ses batteries, tu vas voir !

Et je parlais par expérience. Chez Bambi, j’avais pris le jus pendant que je prenais ma douche pour me préparer à la venu des mes petites poulets, à cause de mon pouvoir qui avait jugé bon de me faire découvrir, ce qu’était un coup de foudre, un vrai ! Et ça avait été super !!! Par contre, la baignoire de Bruno elle, était pas du tout d’accord avec moi vu la teinte qu’elle avait prise à l’intérieur. Sans doute qu’elle aimait pas trop les massages tonics.
En tout cas, il allait pas aimer la nouvelle couleur de sa baignoire. S’il ne l’avait pas déjà découverte… Oooops ? Ah ah ah !

HJ: Alors que dire... ça c'est pas si mal passé au niveau de la vision, vraiment. :lucain: Non mais franchement Ali, désolé hein ? Mais c'était comment dire... courut d'avance. Pour Ali c'était peut être une façon romantique de montrer son attachement à Mina, mais c'était clairement pas la chose à faire. Premièrement, parce que ce genre de pouvoir à très souvent était utilisé pour la torturer (durant sa détention par Carter et jusqu’à récemment par son autre personnalité) et même si on passe la partie "torture", aucune Mina, je dis bien AUCUNE n'aurait acceptée ça. Pour la simple raison qu'on ne lui a pas donné le choix de voir ça donc c'est une intrusion forcé dans son esprit, même s'il ne fait rien d'autre. Ensuite, parce que Mina ne le considère pas comme quelqu'un d'assez proche pour en avoir le droit -quoique même Kyle qu'elle adore et à qui elle fait plus ou moins confiance n'aurait pas osé parce qu'il la connait et donc, il sait qu'il y a 89% de chance que ça pète - et surtout, parce que j'ai tenté de te le faire comprendre dans le rp et dans le flood, elle n'est plus elle même. Quoi que ça ne change rien, la réponse aurait été plus ou moins la même. Pour elle, il est juste son colocataire et même s'il s'était contenté d'une demande plus simple, elle aurait dit non. T'es allée trop vite et c'est cramé. Du coup, je te conseille de le faire rester en retrait. Surtout, qu'il ne tente pas de se justifier (lui parler donc) ou même de l'approcher. Et encore moins de la sauver. Désolé, vraiment. :boulet: Le prend pas pour toi hein ? Mais c'était juste pas possible quoi. Je pouvais pas répondre autrement. :uh:



.


_________________
YOU'VE MET WITH A TERRIBLE FATE, HAVEN'T YOU ?
[..] MY VOICE, CAN YOU HEAR IT ? THIS SIGN, CAN YOU READ IT ? I'LL WAIT FOREVER IF YOU'LL JUST COME TO ME.
Gifs : unknown & unknown tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-withe.forumactif.com




MessageSujet: Re: Magic league   

Revenir en haut Aller en bas
 

Magic league

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black&white :: Votre 1ère catégorie :: Les forums :: Les postes a faires-